Une baleine géante refuse de laisser cette plongeuse tranquille, elle réalise alors qu’elle essaie de lui dire quelque chose

Malgré leur taille immense, les baleines sont parmi les créatures les plus mystérieuses et les moins comprises de la planète. L’alliance de leur taille gigantesque et de leur comportement généralement doux et serein a tendance à nous hypnotiser, nous humains. Mais malgré notre fascination historique pour ces mammifères marins charismatiques, il nous reste encore beaucoup à apprendre sur leur comportement et leur biologie.

Dans les îles Cook, situées dans le Pacifique Sud, une rencontre tendue entre une biologiste de la vie marine chevronnée et une baleine à bosse a démontré à quel point il nous reste à apprendre sur ces mastodontes pleins de douceur – et a provoqué une onde de choc dans la communauté scientifique.

Nan Hauser

Nan Hauser est une biologiste de la vie marine de 63 ans qui a fait de l’étude, la recherche et l’aide aux baleines l’œuvre de sa vie. Née dans le Maine, elle a parcouru le monde au cours des trois dernières décennies avec pour mission de documenter et de sauver autant de baleines que possible, luttant pour leurs droits et leur protection.

L’un des avantages de ce travail est de pouvoir nager régulièrement avec les baleines. Bien qu’elle ait l’habitude de jouer des palmes aux côtés de ces géants aquatiques, aucune expérience ne l’aurait préparée à ce qui allait se passer lors de cette baignade de routine.

Une baignade de routine

À la fin de l’été, Nan nageait au large de Rarotonga, dans les îles Cook, accompagnée d’un navire de recherche et surveillée par ses collègues, qui suivaient sa trajectoire à l’œil et à l’aide d’un drone. À l’aide d’un appareil photo professionnel, Nan filmait sa nage près d’un petit groupe de baleines à bosse.

Alors qu’elle filmait sa rencontre, une grande baleine à bosse mâle, pesant probablement plus de 23 tonnes et mesurant au moins 15 mètres de long, commença à nager vers elle. Tout de suite, Nan sut que ce n’était pas un comportement normal.

Quelque chose ne va pas

Si quelqu’un peut être considéré comme un expert de la nage avec les baleines, c’est probablement Nan. Ces rencontres représentent une grande partie de son travail. C’était quelque chose qu’elle avait fait plus de fois que la plupart des gens sur Terre ; des centaines, voire des milliers de fois au cours de sa carrière de biologiste de la vie marine. Ainsi, en se retrouvant déconcertée face au comportement de cette baleine, elle sut qu’elle allait avoir des problèmes.

Plus la baleine s’approchait, plus il était clair que quelque chose n’allait pas. En général, les baleines passent à côté des humains, ignorant tout simplement leur présence, mais cette baleine avait clairement les yeux fixés sur elle et se précipitait vers elle en ligne droite. L’immense cétacé, même après avoir percuté son corps et l’avoir plaquée contre sa tête, ne s’arrêta pas dans sa course. Nan était piégée.

Aucun signe de ralentissement

L’agresseur de Nan, l’immense baleine à bosse, continuait à la pousser de plus en plus loin dans l’eau. Une distance importante se formait entre elle et son navire de recherche, et bientôt, Nan se retrouverait en pleine mer, seule, face au cétacé. Il est difficile d’expliquer à quel point ce type de comportement est inhabituel.

Habituellement, lorsqu’elle travaillait avec des baleines, Nan ne pensait même pas à les toucher, mais cette baleine ne se contentait pas de la frôler. Elle maintenait le contact et l’éloignait délibérément de son bateau. Et pour ne rien arranger, Nan eut l’impression qu’ils avaient de la compagnie. En effet, un autre énorme animal aquatique commença à apparaître des profondeurs.

Ne pas la lâcher

Pendant le dernier quart d’heure de ce long calvaire, la baleine garda Nan près d’elle de toutes les façons possibles. Soudainement, Nan comprit ce que l’énorme cétacé cherchait à faire depuis le début. Elle était loin de lui vouloir du mal.

Elle put voir ce qui poussait la deuxième baleine à agir de manière si étrange, et comprit qu’elle était dans une situation vraiment dangereuse. Si elle voulait vivre, elle devait s’enfuir aussi vite que possible. Mais la baleine à bosse n’avait pas l’intention de la laisser s’échapper.

Des eaux dangereuses

Au loin, près de la deuxième baleine, Nan put enfin voir ce qui la poussait à donner des coups de queue : un requin tigre. Connu sous le nom de requin mangeur d’hommes, le requin tigre est un prédateur particulièrement dangereux et brutal.

Et celui-ci était beaucoup plus grand que la moyenne, il mesurait facilement 4,5 mètres de long. Nan finit par comprendre que les baleines ne l’attaquaient pas, elles tentaient de la protéger de ce dangereux prédateur. Mais comprendre le comportement des baleines ne garantissait pas sa sécurité. La vie de Nan était toujours en danger.

En sécurité à bord

Heureusement, Nan et son compagnon de plongée réussirent à s’éloigner des baleines et à atteindre leur bateau à la toute dernière minute. En se hissant à bord, Nan expliqua à l’équipage, entre deux respirations, qu’un grand requin tigre rôdait dans les eaux qui les entouraient.

Mais alors que son pouls se calmait enfin, Nan réalisa qu’elle était loin d’avoir peur. En fait, elle était exaltée. Comprenant ce qui se venait de se passer, elle comprit que les baleines avaient en fait essayé de la sauver, et non de lui faire du mal. Nan avait ainsi pu voir quelque chose d’extraordinaire dans l’eau.

L’altruisme animal

Bien qu’il puisse être tentant de qualifier la baleine à bosse qui a sauvé Nan de « compatissante » ou d’« empathique », Nan fait attention dans le choix de ses mots. Plutôt que de décrire le comportement de la baleine en termes humains, elle prend soin de le qualifier d’« altruiste ».

Il y a une différence entre la compassion et l’altruisme. Si la compassion est une émotion humaine dont la manifestation chez d’autres espèces non humaines peut être débattue, l’altruisme, lui, a bien été documenté chez d’innombrables espèces, et présente plusieurs explications socio-biologiques.